Publié le 28/06/2019

Compenser ses émissions de carbone

Nos modes de vie personnelle et nos activités professionnelles contribuent à produire des gaz à effet de serre (principalement du dioxyde de carbone). La compensation volontaire carbone est possible via le soutien financier à des programmes de protection & de restauration de milieux naturels qui jouent un rôle avéré de puits de carbone !

Préserver et restaurer certains espaces naturels tels les tourbières, les forêts ou les prairies naturelles favorisent un stockage naturel du carbone atmosphérique dans les sols et dans la biomasse tout en ayant des effets positifs pour la biodiversité. C’est le sens des solutions fondées sur la nature promues par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature - UICN - qui apportent des réponses positives aux défis sociétaux de demain (climat, santé, alimentation, ressource en eau…) en valorisant les services rendus par les écosystèmes.

Comment calculer son impact carbone ?

Les émissions carbone liées aux déplacement peuvent être estimées par certains calculateurs comme celui de MyClimate ou celui de Carbonfootprint ou via les transporteurs aériens et la SCNF qui fournissent directement ces indications. Des calculateurs d’empreinte carbone disponibles sur Internet peuvent permettre d’intégrer dans le calcul l’ensemble des composantes telles que déplacements, chauffage, alimentation, services…

En ce qui concerne les entreprises, elles sont de plus en plus nombreuses à engager des démarches d'évaluation et des plans de réduction de leurs émissions de CO2 au titre de leur RSE, et à rechercher des solutions de compensation volontaire.

Une compensation volontaire, hors label bas carbone

Le ministère de la transition écologique a mis en place un label spécifique, le Label Bas Carbone. Aucune méthodologie consacrée à la protection ou la restauration des milieux naturels type tourbières ou vieilles forêts n'existe aujourd'hui au titre de ce label. C'est pourquoi le réseau des CEN, en lien avec celui des PNR, a engagé un travail en ce sens. En attendant l'aboutissement de ce travail, vous pouvez néanmoins vous engager de manière volontaire auprès des CEN.

Compenser en Auvergne, sur des actions menées sur notre territoire

Le Conservatoire d'espaces naturels d'Auvergne vous propose une solution de compensation carbone mise en place localement, basée sur la préservation et la restauration des milieux naturels et de la biodiversité sur nos territoires, et apportant toutes les garanties dans le temps et au plan comptable et fiscal.

Des citoyens mobilisés, des associations et l'Office Français de la Biodiversité nous ont fait confiance en contribuant volontairement à des projets de protection très concrets. Vous pouvez également vous engager.

Quel montant verser au regard de ses émissions ?

Pour évaluer le montant de la compensation financière, il est proposé de s’appuyer sur la valeur de la tonne carbone fixée dans le cadre de la loi sur la transition énergétique pour une croissance verte et corrigée dans le cadre de la loi de finances 2018. Cette dernière fixe ainsi valeur de la tonne de carbone à 44,60 € en 2018, 55 € en 2019, 65,40 € en 2020, 75,80 € en 2021 et 86,20 € en 2022. Ce prix est multiplié par le volume de vos émissions carbone.

Pour l’année 2021, le prix de la tonne de CO2 est donc fixé à 75,80 €. 

A quoi vont servir les montants versés ? A vous de décider !

Vous pouvez soutenir : 

  • le projet Sylvae, réseau de vieilles forêts en Auvergne : contribuez à la préservation durable des dernières vieilles forêts d'Auvergne. Les vieilles forêts stockent du carbone via les troncs, branches et racines, mais également directement dans le sol.
  • le réseau des vergers conservatoires : participez à la plantation d'arbres fruitiers et à la préservation des variétés fruitières anciennes. Le développement du vergers et des prairies contribue à la captation et au stockage du carbone.
  • la préservation et la restauration des tourbières : ces zones humides fascinantes sont les championnes du stockage du carbone (jusqu'à 1400 tonnes de carbone/ha). La restauration des tourbières dégradées, devenues sources de carbone, représente un double enjeu climatique et biodiversité.

Nous vous invitons à nous contacter pour en parler de vive voix !

Comment procéder aux versements ?

Les versements sont à réaliser sous forme de dons adressés au CEN Auvergne :

  • en ligne via la page dédiée ouverte sur HelloAsso : un menu déroulant (sous vos coordonnées) vous permet de sélectionnier le projet de votre choix ;
  • par chèque transmis par voie postale au CEN Auvergne (rue Léon Versepuy - 63200 RIOM) en précisant au dos le projet de votre choix.